Magazine

Amour d’une rebelle, vie d’un révolté ! 

admin
Written by admin

Je suis l’étrange créature, là où je suis, là où je mis mes pieds, là où je prononce un mot, là où j’avance une idée, là où je manifeste un comportement! Je le suis! Je le ressens! Je le vis! 

Fatidique ! Une atmosphère obnubilée de grisaille obscure qui rendait les journées de ma vie maussades. Un chemin de vie épineux en marchant les pieds nus.
Mort dès la naissance, lassé par les tracas de la vie, le courage est devenu insignifiant.

Dans une terre d’asile où chaque âme est prisonnière de sa peur, les pensionnaires sont des monstres affamés et insatiables. Chaque jour, mes beaux yeux s’ouvraient sur un beau soleil éclatant qui astiquait les toits de nos maisons, mais l’éclat se transformait en laideur et la chaleur en froideur. Ma terre , comme ces belles femmes réifiées, transformées en objets de désirs et de délire phallocrate. J’étais encore petit pour tout comprendre! 

Sans passé, sans présent et sans futur, le temps s’arrête! Une destiné linéaire colorée en sombre. Dans un cachot, je cherchais l’issu, personne ne me tenait la main pour en sortir. 

Je sentais la fin dès le début,  la mort dès la naissance dans un monde où la vie est proscrite et le suicide est péché. Que faire?

Sans oraisons funèbres, je me trouvais dans le spectre des morts, tous me ressemblaient. Livrés à l’inconnu, les paroles des érudits sans savoir, ont fait que leur candeur se transformerait en ruse, leur pacifisme en violence et leur créativité en domestication!

Mon entourage  serait gangrené dans un pays où la mort est bénie et l’amour est banni, seule alternative  pour y vivre, la  rébellion. Chez moi, l’amour est un acte militant. Vivons l’amour révolutionnaire pour résister à la fatalité  des monstres dominants. Je le cherche, ou je les cherche, amour et révolution. Les siens m’ont congédié, je suis le dépravé ! Je réfute leur morale, leurs paroles, leur ignominie , je résiste. Je refuse le conditionnement d’un esclave, je suis l’Homme libre! L’envie de délibération m’interpelait , elle accompagnait une adolescence rebelle. La voie de l’inquiétude   pourrait nous mener à la quiétude ; c’est la quête éternelle des lumières dans le sombre, comme le chemin de la nuit qui finit à l’aube. En combattant, on aurait la paix.

Ta silhouette de gazelle, tes lèvres pulpeuses, ta moue boudeuse et ton esprit récalcitrant me chavirent. Je m’épanche sans crainte , je fais de notre amour un récit, une poésie. Je transgresse une norme qui a traduit le sublime en funeste et j’affirme avec emphase notre attachement. Les reliques de Roméo et Juliette sont nos totems, sans tabous et sans résignation à l’injustice des démons. Notre révolution est en notre amour, notre belligérant est le délire des autres, notre arme est notre conscience, notre victoire est le triomphe sur la bassesse d’une caste qui pérorait jour et nuit pour aveugler le peuple. Libérons l’amour pour vivre en liberté et en dignité!

Le pays de ma mère , de ma soeur et de ta maman, un pays truffait par la misogynie. Le signifiant détermine notre conduite, dicte nos moeurs et comportements. Porter le fardeau d’être femme c’est se soumettre, se priver et se résigner .Folle si vous étiez récalcitrante car les autres vous ont imposé leur folie. Seule la révolution pourchassera ces inégalités et seul l’amour pourrait vaincre la haine!

L’ivresse de l’alcool et l’ivresse de ton amour accompagnaient mes longues nuits parisiennes, obscures et glaciales. Mon ultime conviction à ne plus obtempérer aux vindictes de la vie transformera le rêve en réel et l’éphémère en éternel.

Comme une barque au milieu des eaux océaniques, mon âme flottait, oubliant les tempêtes et les vagues colériques qui préparaient mon naufrage. Être au taquet, pour joindre l’île de la quiétude dont ton visage décorait ses paysages pittoresques, ton coeur l’assurait un climat de douceur et ton âme la comblait de sérénité. Épris de courage, je surferai sur les dangers, je pulvériserai les monstres déments et je transformerai la nuit en jour.

Je suis rené le jour où j’ai connu ta compagnie, nous avons conjugué amour et révolution, lutte et espoir. Sans révolution l’humain s’étouffe et sans amour la vie s’estompe. Je t’aimais , je t’aime et je t’aimerai! Joyeux anniversaire !

AMAR BENHAMOUCHE