Chroniques

Chronique:  Ayez pitié de la langue Kabyle !

admin
Written by admin

Autant je soutien et surtout je respecte la démarche de ceux qui comme mass Bouamara ou mass Belkacem et bien d’autres  qui militent pour l’usage du Kabyle dans la vie de tout les jours et qui font un travaille titanesque pour l’introduire dans les outils numériques 
Autant j’abhorre la démarche de certains « puristes » qui se sont donné la mission d’expurger le Kabyle d’emprunts et parfois même de mots en usages avérés depuis des siècles sous prétextes qu’ils sont arabes.   J’abhorre aussi ces apprentis linguistes, ces grammairiens de pacotille qui s’ingénient à fabriquer une langue dans un laboratoire. Ils ignorent tout des mécanismes, de la dynamique de la langue qu’ils prétendent codifier, j’allais dire enchainer.  

Si nous continuons comme ça dans une dizaine d’années, à défaut de disparaitre, le Kabyle serait inintelligible pour ces propres locuteurs.    

Ils sont qui   pour décréter que le mot « tafunast » n’est pas correcte car « afunas » ne se dit pas en Kabyl? En suivant ce raisonnement , il nous faut utiliser « Afunas »  pour désigner le bœuf ou inventer « tazgart » pour dire vache !   

Le Kabyle est une vielle langue, qui depuis des millénaires a su résister à tout les assauts. Elle a su absorber toutes les langue, dont certaines ont disparu depuis des siècles,  à laquelle elle a eu a se confronter.    

Elle a résisté jusqu’à présent car elle a été la langue des rêveurs, de conteurs des poètes. La langue des marchands des potiers ou de soldats bref la langue de tout les jours… loin des dictats des scribes ou de la fausses rigueur des clercs. 

Je m’aventure à dire que les règles, d’une langue, sont déduites de son usage quotidien et ne se décrètent pas. Pour codifier une langue il ne suffit pas de savoir lire ses mots, il faut comprendre son âme !

Alors de grâce messieurs faites nous des dictionnaires qui recensent les mots de notre belle langue, faites nous des grammaires qui reprennent les tournures du kabyles et faites en des règles et des exceptions. Surtout sortez la de vos laboratoires de vos centres et de vos colloques. Restituez la au peuple à ses poètes et ses rêveurs ….    

Amnay at Sedqa