728 x 90

Ḥasan At Amar Wali :Ma réponse à Mr Foudil BOUMALA

Ḥasan At Amar Wali :Ma réponse à Mr Foudil BOUMALA

le projet indépendantiste Kabyle ce n’est pas uniquement le résultat de l’ostracisme, de la répression sanglante et criminelle des pouvoirs successifs algériens contre la Kabylie et son peuple. C’est bien un processus historique inévitable pour un territoire qui a de tout temps été indépendant. Tôt ou tard, cette option politique allait ressurgir, et les événements tragiques du printemps noir Kabyle n’ont fait qu’accélérer le processus.

Ḥasan At Amar Wali

Ma réponse à Mr Foudil BOUMALA, suite à un post dans lequel il promet de déconstruire le projet indépendantiste Kabyle.

Monsieur BOUMALA,

Jai lu avec intérêt votre texte à travers lequel vous avez tenté de présenter le projet politique indépendantiste kabyle comme fragile et populiste sans aucun fondement idéologique.

Permettez-moi de vous apporter la contradiction sur ce qui me semble incohérent et superficiel dans vos propos.

1- Au sein du mouvement indépendantiste Kabyle, nous considérons que dans cette création coloniale appelée Algérie, il y a plusieurs peuples et non comme vous l’affirmez deux peuples : D’un côté des Kabyles amazighs et de l’autre un peuple arabe. Vous attribuez aux porteurs du projet politique indépendantiste Kabyle des propos qu’ils n’ont jamais tenu pour tenter de les attaquer ultérieurement. Cet argument fallacieux (un sophisme) connu depuis l’antiquité s’appelle l’épouvantail. C’est-à-dire inventer de toutes pièces des arguments, les attribuer à l’adversaire pour tenter de les déconstruire. En vérité, les faits historiques sont là pour appuyer les arguments du mouvement souverainistes Kabyle. L’Algérie a été créée suite à un décret du général Schneider en octobre 1839. La Kabylie fut indépendante jusqu’à sont annexion, suite à la défaite D’Icheriden en 1857, à cette nouvelle entité administrative.

2- Le colonialisme de la fin du XIX et début du XX siècle (français et britannique, essentiellement), ont dessiné des frontières arbitraires, parfois même avec une règle et des lignes droites, en enfermant des réalités culturelle et ethnologiques dans des ensembles antinomiques et hétérogènes. Certains peuples comme les amazighs, se sont retrouvés morcelés à travers plusieurs États. A la pseudo- indépendance de ces nouvelles entités administratives, elles ont hérité de cartes géographiques (territoire assez généreux concernant l’Algérie) et un État clés en main, à charge des nouveaux détendeurs du pouvoir politique de créer des nations. L’Algérie a opté sur le fondement de la doctrine de « symbiose nationale » à arabiser tous les peuples composant son territoire. Résultat, le peuple amazigh a perdu de son homogénéité et chaque peuple a évolué différemment. Il serait aujourd’hui totalement faux de nier l’existence de plusieurs peuples amazighs (Kabyle, Chaoui, Mozabite, Touaregs…).

3- L’Algérie est coloniale et les faits tangibles et vérifiables sont là pour le démontrer :
a- Un enfant kabyle parle sa langue maternelle jusqu’à 6 ans. En entrant à l’école, il est contraint d’apprendre des langues étrangères ! .
b- Dans votre propre pays, vous ne pouvez ni regarder une TV dans votre langue, ni comprendre un policier qui vous arrête à un point de contrôle, ni un juge au tribunal
c- Un kabyle à des documents « d’identité » écrits en arabe, en français et parfois en anglais mais pas dans sa langue.
d- Dans un pays de la doctrine idéologique « symbiose nationale », les responsables politiques ne parlent pas ta langue.

Les faits sont nombreux pour démontrer que la Kabylie est face à un colonialisme de nouveau genre, comme celui qui a fait disparaître le peuple Cajuns en Louisiane. Aujourd’hui c’est les offices de tourismes qui gèrent le patrimoine de ce peuple. Les assauts contre la Kabylie avec l’objectif de l’effacer, ne sont pas des actes isolés de quelques agités, c’est bel et bien une stratégie savamment orchestrée dans les laboratoires de l’arabo-bâathisme.

4- Le séparatisme n’est pas l’objectif du mouvement indépendantiste Kabyle, mais bien le moyen inévitable pour édifier son propre État indépendant, en conformité avec le droit des peuples à disposer d’eux- mêmes consacré dans les chartes internationales de l’ONU, et même dans la constitution algérienne (anciennement Article 27, depuis il a changé article 38, si ma mémoire est bonne). De quel droit considérer que tel peuple a droit à son autodétermination et le dénier à d’autres ? Comment nommer le fait pour l’Algérie d’avoir soutenu le référendum à l’autodétermination de l’Erythrée et du Sud Soudan, de continuer à soutenir le Polisario et la Palestine, tout en le refusant aux autres peuples ? N’est ce pas une application à géométrie variable d’un droit des peuples à disposer de leurs destins ?

Vous essayez de nous persuader que la Kabylie ne forme pas un peuple homogène, une nation avec ses mythes fondateurs communs et partagés ? Dites- le et avancez vos arguments !

Pour finir, le projet indépendantiste Kabyle ce n’est pas uniquement le résultat de l’ostracisme, de la répression sanglante et criminelle des pouvoirs successifs algériens contre la Kabylie et son peuple. C’est bien un processus historique inévitable pour un territoire qui a de tout temps été indépendant. Tôt ou tard, cette option politique allait ressurgir, et les événements tragiques du printemps noir Kabyle n’ont fait qu’accélérer le processus. Il suffit de regarder ce qui est en train de se produire un peu partout dans ce monde globalisant et effaçant toutes les diversités, pour constater le réveil des peuples qui refusent de disparaître. En Catalogne comme au Kurdistan, en Ecosse comme au Canada des peuples refusent de s’assimiler et se battent pacifiquement pour faire de ce siècle celui des peuples et des identités diversifiées et plurielles. La mondialisation a créée des inégalités partout et menace sérieusement les peuples sans États qui pourraient atténuer les effets d’inégalités. L’ETAT-NATION, comme système d’organisation politique, cher à la France, a montré ses limites tout comme les Etats unitaires décentralisés. Il suffit de voir ce qui se passe au Canada, au Kurdistan, en Catalogne, en Ecosse, au Nigéria et dans d’autre pays pour se rendre compte de cette aspiration des peuples à édifier des Etats indépendants.

Le Combat de la Kabylie pour son indépendance est pacifique, intelligent et respectueux du droit et des chartes internationales. Il ne se fait pas par rejet des autres peuples, encore moins par anticolonialisme primaire de L’Algérie. Il se fait par amour pour sa patrie qui est la Kabylie. Il n ya rien d’ethnique dans les fondements idéologique du projet politique indépendantiste. La Kabylité et son fondement idéologique : Le Kabylisme, est une doctrine de paix, d’amour et de valeurs et principes universels. La Langue, l’histoire, la culture et le patrimoine de vie et vivant de la Kabylie sont le socle de ce que sera demain la Kabylie indépendante.

Ḥasan At Amar Wali

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos