728 x 90

A PROPOS de « bu » et « mm », morphèmes adjectivants ( ou des anciens noms, selon Galand, 2013)

A PROPOS de « bu » et « mm », morphèmes adjectivants ( ou des anciens noms, selon Galand, 2013)

L’origine arabe des morphèmes kabyles bu/mm que l’on met devant les noms communs pour former des formes nominales-adjectivales est discutable.

Les noms arabes « abu » et « ummu » que l’on met devant les noms propres de personnes forment, à leur tour, des noms propres de personnes.
Par ailleurs les composés « Abu X » ou « Ummu Y » désignent respectivement le père de X et la mère de Y. Cela signifie que X et Y sont plus connus/célèbres que leurs parents respectifs. Or, sauf indication contraire, ce mode d’appellation, à savoir désigner le père par le nom du fils (ou la mère par celui de la fille) est contraire à l’esprit berbère et n’est nullement admis socialement en Kabylie, du point de vue de la parenté.

Le contraire est en revanche un fait courant, ont dit en effet : mmi-s n Ɛli, « fils de Ɛli», yelli-s n Faḍma, « fille de Faḍma » ; ou encore Lmulud (n)At Mɛemmeṛ, « Lmulud des At Mɛemmeṛ », « Ṭawes n At Ɛemṛuc (Iɛemṛucen), « Ṭawes des At Ɛemṛuc » ; ou plus rarement Yusef U-Qasi, « Youcef fils de Qasi », Faṭima Ult Nnbi, « Fatima fille du Prophète » (poésie ancienne). Ces derniers morphèmes, U et Ult, sont de nos jours peu usités, le second est encore plus rarissime.

Voyons maintenant dans quel sens emploie-t-on bu et mm en taqbaylit. Il existe bien des contextes de discussion, où l’on dirait, par exemple, Qasi, baba-s n X , « Kaci, le papa de X », ou Taseɛdit, yemma-s n Y, « Tassadit, la maman de Y » pour expliquer à quelqu’un qui est Qasi ou Tassadit. On pourrait également dire Baba Qasi, « Papa Kaci » – comme on dit : Père Noel–, ou Yemma Ẓehṛa, « Maman Zehra » – comme Mère Teresa.

Mais on ne désigne pas un père ou une mère par le nom de son enfant, mâle ou femelle, fût-il célèbre. En Kabylie, l’enfant est d’abord et avant tout une « possession » de ses parents. L’expression Wi k/kem-ilan ? (« litt. « Qui te possède-t-il ? ») = « Qui es-tu ? » le prouve bien, si besoin est.
D’autre part, jusqu’à plus ample informé, les bu et mm kabyles ne précèdent jamais les noms propres de personnes, du moins en synchronie.

Les morphèmes adjectivants « bu » et « mm » (ou, comme le soutient Galand, ces anciens noms) sont fréquemment utilisés au début des noms, quels qu’en soient le genre et le nombre, pour élaborer des nominaux-adjectifs qualificatifs. Et il faut ajouter que ce genre d’adjectif exprime, selon le cas, soit l’aspect péjoratif, soit le mélioratif.

Aspects péjoratifs

Bu-lefḍan (litt. « celui aux saletés ») = « sale » ; ilefdan étant un nom masculin pluriel, le singulier n’existe pas.
Bu-fadden (« litt. « Celui aux membres géants ») : « grand, costaud » ; ifadden (pl. de afud) étant un nom masculin pluriel.
Bu-tirtaw (« Celui à la chassie aux yeux ») = « chassieux » ; tirtaw étant un nom féminin pluriel, le singulier n’existe pas.
Bu-wexlul : « morveux ». Bu-ɛebbuḍ (litt. « Celui au grand ventre ») : « ventru » et, au figuré, « cupide, égoïste »
Mm-uledda : « baveuse ». Mm-leḥnak (litt. « Celle au grosses joues ») :« Femme au visage gras et enflé ». Mm-texxamin (litt. « Celle aux plusieurs foyers ») : « femme mariée à plusieurs conjoints », voire « une traînée ».

Aspects mélioratifs

Bu-nnif (litt. « Celui au point d’honneur ») = « brave, héros». Ici on peut utiliser l’autre forme adjectivale (t)anifi(t), un pendant de bu-nnif.
Bu-lxiṛ (litt. « Celui au bien ») : « riche, généreux, hospitalier »
Mm-timmi ou mm-leɛyun (litt. « Celle aux sourcils ») : « Femme aux beaux yeux». Bu-yiles (litt. « Celui à la langue ») : « Celui qui sait parler, poli ».

Le figement est, dans certains cas, TOTAL : bucluc, butellis, burebbu, …

Ce procédé à donné naissance à des :
–anthroponymes : Buṛnin, Buzzit, Buxnaq, Bussif, Buṭaɣan, Bulɛinser, Bufadden, Bumedden (Bumedyen), Buteflqa (?), Burgiba (?), Bussuf (?), …
– ou toponymes : Buḥlu, Bumerdas, …

–Des prénoms : Busseɛd, Busɛid, Messeɛd, Melxiṛ, Melɛez,
–Des noms de métiers : bu-ɣerbalen, bu tbardiwin, bu-lḥut …mais il est possible d’en créer : bu-tektabin,
–Noms de maladies : buneggaf, buṣnin, bucḥiḍ (?),

Bu + syntagme nominal : bu yiwet n tiṭ (bu snat n wallen), bu rebɛa-ḍarren, mm tiṭ zerqaqen, mm-wudem imserri

K. Bouamara, août 2018

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos