728 x 90

Arrêtons de pleurnicher !

Arrêtons  de pleurnicher  !

Certains s’offusquent de voir le wali ou le ministre algériens « profaner » la demeure Matoub. D’autres dénoncent l’immobilisme de certains partis ou organisations au lendemain de chaque atteinte à l’intégrité morale ou physique des militants kabyles.

Ignorent-ils donc que la survie de ces gens-là dépend de notre disparition !?

Le Kabyle aujourd’hui n’a plus d’autres choix. Soit être et demeurer kabyle, et dans ce cas le chemin est bien tracé. Soit devenir algérien, là il nous serait prié de nous délester de notre kabylité au portillon de l’Arabie.

Le FFS et le RCD semblent s’être débarrassé de leurs habits Kabyles, ils ne le remettent qu’en de rares occasions : pour berner ceux des nôtres qui demeurent encore candides.

Quant à la fondation Matoub Lounes, c’est en 2000 qu’elle a cessé d’incarner le combat de l’homme dont elle prétend défendre la mémoire. Si Lounis avait applaudi Bouteflika ; Malika, elle, a pratiqué et pratique encore la danse du ventre.

Nos appels à la fraternité n’ont plus aucun sens !

Nous étions des gens à peu près fréquentables quand ils nous prenaient pour un groupuscule insignifiant, avec lequel ils pensaient faire du chantage à leur maître afin qu’il daigne lâcher du lest et avoir plus de restes à grignoter.

Arrêtons donc de quémander, arrêtons donc de pleurnicher et d’espérer l’inespérable ! Imposons nous, cessons nos débat byzantins et nos querelles de chapelles.
Surtout ignorons ces gens-là ! Ils ne sont ni des traitres ni des lâches, tout simplement, ils n’ont jamais été Kabyles ! Du moins ils ne le sont plus.

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos