728 x 90

Canaries – Kabylie : vers un « Commonwealth » Amaziɣ

Canaries – Kabylie :  vers un « Commonwealth » Amaziɣ

Gran Canaria ; Las Palmas. Mercredi 26 septembre une réunion de travail a réuni des membres du CDTN, la principale organisation indépendantiste de l’archipel cannarien et l’envoyé spécial de l’union pour la république Kabyle, URK. La rencontre a débuté vers 18H00 dans les locaux du front syndical des Îles Cannaries, dans une ambiance fraternelle.

La partie canarienne est représentée par Chona Del Torro, secrétaire aux affaires internationales et messieurs Frederico Nacher Ojeda et et José Baèz respectivement chargé de communication et consultant permanent du mouvement de décolonisation. Quant à la partie kabyle elle est représentée par Zahir Boukhelifa, membre fondateur de l’URK.

Après les présentations d’usage, l’envoyé spécial de l’URK a brossé un bref historique de l’émergence de la cause nationale kabyle et la revendication d’indépendance de la Kabylie. Un rappel nécessaire pour les mettre au diapason et les informer de l’évolution de la revendication de l’autonomie, vers l’indépendance, alors qu’ils sont restés pour leur majorité sur des impressions des années 2000 : l’époque de l’autonomie politique.

D’un commun accord l’ordre du jour comportait trois volets essentiels :

Un programme d’actions dans un futur immédiat pour renouer le dialogue entre les militants indépendantistes des deux pays. La médiatisation de cette action pour informer les opinions publiques respectives de l’ouverture d’une nouvelle page dans les relations intra-Amazighs avec une migration progressive d’un aspect culturaliste vers une revendication purement politique.
Un programme d’actions pour maintenir durable la connexion entre les organisations politiques Amazigh de Tamazgha.

Les deux parties se sont engagées à œuvrer efficacement pour l’instauration d’un Commonwealth des mouvement de libération des futures États d’Afrique du Nord. Cette coalition horizontale aura comme tache principale la décolonisation pour les parties sous domination européenne à l’instar du royaume d’Espagne, et la libérations et l’édification des États amazighs du continent de la dominations des États-nations post coloniaux d’obédience Arabo-islamiques.

Enfin il est rappelé la nécessité vitale de se solidariser contre la répression politique sur tout le territoire de Tamazgha continentale ou insulaire. A cet effet, l’idée d’une organisation de veille pour informer et dénoncer toute atteinte à l’intégrité physique ou privation de liberté des citoyens amazighs. Son objectif est d’amplifier les campagnes de mobilisations pour les prisonniers d’opinions amazighs.

La partie cannarienne a rappelé la spécificité du cas cannarien, qui par comparaison est semblable à celui de Melilla, la ville rifaine occupé par l’Espagne. Ils déplorent le danger de disparition de l’identité gwanche sous la colonisation espagnole qui a commis un véritable génocide identitaire sur les autochtones de l’archipel. Il aspire à plus de visibilité dans le monde amazigh pour reconnecter le peuple cannarien avec ses origines gwanches.

Le représentant de l’URK a pris l’engagement de sensibiliser les médias amazighs à la cause gwanche. Et réfléchir à des partenariats culturels pour contribuer au recouvrement de l’identité amazighe de l’archipel.

La partie kabyle a profité de l’occasion pour louer la longue tradition de lutte pour la décolonisation des générations entières du peuple cannarien. Elle a en l’occurrence rappelé la possibilité d’utiliser la proximité de l’archipel avec l’Europe, pour cibler l’UE et sensibiliser sur le cas des prisonniers d’opinion à l’instar de Massinissa Ben Allioua, Nasser Zefzafi, Merzouk Touati et les autres. Impliquer les militants de l’archipel qui disposent d’un lien direct avec les institutions européennes garantira une sensibilisation rapide des institutions européennes, « bêtes noires des dictatures nord africaines ».

Vers la fin de la séance de travail le président du CDTN, Tomas Quintana Garcia a rejoint la réunion en compagnie d’autres responsables. Le chargé de communication Frederico N O a résumé le contenu des négociations à ses responsables hiérarchiques. La séance est levée dans sa partie bilatérale. Après que la partie kabyle ait pris congé de ses hôtes, les responsables du CDTN à leur tête le président Tomas Quintana, se sont concertés sur les réponses et les suites à donner à nos propositions.

Fidèle à la tradition amazighe d’hospitalité, la rencontre s’est poursuivie autour d’un dîner au centre ville de Las Palmas, lors duquel le président du CDTN a invité la partie kabyle à une rencontre bilatérale ce samedi 29 septembre pour finaliser les négociations et rédiger un communiqué commun des deux organisation : le CDTN et l’URK.

Samaia Y

samia Y
EDITOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos