728 x 90

Clin d’œil aux Arabophones algériens et maghrébins … qui pensent et croient qu’ils sont toujours amazighs, malgré tout.

Clin d’œil aux Arabophones algériens et maghrébins … qui pensent et croient qu’ils sont toujours amazighs, malgré tout.

Il faut commencer par battre en brèche l’idée que répandent malintentionnément certains personnes et groupes politico-médiatiques qu' »être amazigh » ne relève pas de l’Histoire ou de la préhistoire. C’est une question de « Etre », non pas celle du « devenir » ! En voici un exemple : « Nous sommes amazighs …(par la suite) arabisés par l’islam ! » dit-on. Non ! On ne devient pas, jamais …arabe ou anglais ou français, … car « être arabe » n’est pas une nationalité ou une citoyenneté ! …C’est une identité !
Par ailleurs, tous les musulmans du monde ne sont pas en arabes et les Arabes du Moyen Orient ne sont qu’une infime partie des musulmans.

Donc on est amazigh ou on ne l’est pas : il faut commencer par avoir la foi en l’amazighité, quand même on ne parle plus cette langue.
Le nœud du problème dont nous traitons ici est donc seulement linguistique ! Parce que la différence fondamentale entre Berbérophones et Arabophones (algériens et maghrébins) est, après tout, d’ordre linguistique.

Beaucoup de « choses » d’ordre culturel, à l’image de la célébration de yennayer, les symboles du tissage berbère, la musique et l’architecture, sont partagés par les uns et les autres. Par ailleurs, l' »arabe » que parlent les Arabophones est trop différent de l’arabe du Moyen Orient et celui de la péninsule arabique, au point où il n’y a pas du tout d’intercompréhension entre ces idiomes. Il convient de rappeler aussi que les petits Arabophones , tout comme les Amazighophones, n’apprennent l’arabe standard qu’à l’âge de 5 ou 6 ans, c »est-à-dire une fois entrés à l’école. Ce qui prouve– si besoin est– que cette langue n’est pas leur langue maternelle.

En somme, le problème se résume à ceci : les Arabophones sont des Amazighs qui ont « perdu » , au cours de l’Histoire, mais à des moments différents, leurs idiomes amazighs et que les Amazighophones sont des Amazighs qui ont su et pu préserver leurs idiomes jusqu’à nos jours.

Il convient également de rappeler le fait suivant : bien parler une langue, l’arabe standard, en l’occurrence, ne suffit pas pour « être arabe ». Ainsi, les militants du Mouvement National, en général et ceux du FLN-ALN, en particulier, ont bien pris conscience qu’ils n’étaient pas Français, bien qu’ils aient utilisé l’idiome français …pour combattre le colonialisme français.

Les Arabophones (algériens et maghrébins) sont-ils le seul peuple au monde à avoir perdu, au cours de l’Histoire, leurs langues originelles? La réponse est négative.
Beaucoup de peuples en effet sont dans ce cas d’espèce. On citera comme exemples: Les Irlandais et les Écossais, fiers de leurs identités respectives, bien qu’ils parlent aujourd’hui l’anglais ; En France, les Corses, les Bretons et … parlent français. Dans les pays du Moyen Orient « arabe »( Egypte, Syrie, Liban), beaucoup de groupes humains s’en rendent compte qu’ils ne sont pas arabes, malgré qu’ils parlent l’arabe.

« Le retour aux origines est un honneur » !

Les Arabophones peuvent-ils apprendre le tamazight ? La réponse est oui.
Beaucoup de petits Arabophones vivant (avec leurs familles) en Kabylie ont appris le kabyle ; ils l’ont appris dans le tas.
Nous citerons également les Arabophones qui sont venus en Kabylie étudier le tamazight dans les Universités. Certains d’entre eux ont eu leurs diplômes avec mention….et même comme majors de promotion.

K. Bouamara

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos