Chroniques

Comment sommes-nous arrivés là ?

kabylie comment sommes-nous arrivés la
admin
Proposé par admin

Massinissa Ben Alioua est en train de croupir en prison. Il est accusé d’apologie de terrorisme. Le comble pour un Kabyle en général et un nationaliste kabyle tout particulièrement.  Au-delà de la situation ubuesque et certainement dangereuse, dans laquelle se retrouve le jeune Massinissa, nous sommes interloqués par le silence assourdissant des gardiens du temple et des pleureuses professionnelles, d’habitude enclines à dégainer pour moins que cela.

Une étudiante est agressée au sein même d’une cité universitaire non pas par un quelconque intrus, mais par un agent de sécurité. Arborant fièrement l’anay aqvayli la jeune femme est littéralement passée à tabac.  Là aussi silence radio des paladins et des preux chevaliers qui dans un passé récent n’ont pas hésité à menacer de mort et d’agression d’autres Kabyles.

 

C’est dans ce moment-là que nous nous posons la question à savoir si nous n’avons pas fait fausse route ou si nous n’avons pas raté une étape dans notre parcours ? Sinon comment diable sommes-nous arrivés là ?

 

Notre monde ne tourne plus en rond, nous nous enflammons pour une poste Facebook et nous demeurons impassibles devant une injustice criarde, et laissons nos filles, nos jeunes militants à la merci des agressions et des insultes des suppôts de l’Algerinanisme.

 

Les militants kabyles doivent se sentir protégés, et quand ils sont menacés ou atteints, doivent se sentir soutenus. Ce n’est ni à partir des réseaux sociaux ni des comptoirs parisiens ou des salons de thé de Kabylie que cela devrait se faire. L’agression de la jeune étudiante, tout comme l’injuste incarcération de Massinissa ne doivent pas passer inaperçues. Si nous le faisons si nous taisons, plus jamais nous ne pourrons lever la tête. Plus jamais, les Kabyles ne nous feraient entièrement confiance. Pire encore, nos ennemis sauront que, dorénavant ils pourront sévir en toute impunité. 

 

Amnay at Sedqa