728 x 90

Graines d’espoir

Graines d’espoir

Le contexte actuel dans lequel se trouve le régime algérien sonne le glas d’une fin de cycle qui a tant duré coïncidant ainsi avec l’épuisement de la manne pétrolière et l’accumulation de toutes formes de pressions sociales signant du fait la phase finale d’une entité créée de toutes pièces qu’est l’algérie. Ceci concerne le cadre algérien qui bouillonnait depuis la décolonisation et la sous-traitance de la gouvernance par l’ancienne puissance coloniale actée par un coup d’état des malgaches ( groupe d’Oujda ).

Ce qui nous intéresse surtout est notre Kabylie et comment elle a traversé cette période allant de 1962 à nous jours ?. En effet , le pays kabyle n’a pas attendu une éternité pour être agressé par l’état algérien et les événements de 1963 est plus que significatifs d’une haine anti-kabyle dépassant le cadre humain où la Kabylie a été touchée dans son fond par l’extermination de peu d’hommes qui lui restait après une guerre atroce où elle s’est investit cops et âme par l’ensemble de sa population tandis que dans le reste de ce territoire appelé « algerie » on disait « wac bihum zwawa mɛa legwer ? » ( à l’exception du pays chaoui et la région autonome d’Alger).

La Kabylie s’est contentée de résister en silence et panser ses blessures le temps de construire un rapport de force ; la stratégie des activistes de l’époque est de passer par le volet culturel pour maintenir la cadence et sensibiliser le peuple doucement en clandestinité dans l’espérance de voir mieux . Il a fallu tout ce temps de luttes répétées , même si on se trompait de stratégies adoptées à mon sens , pour sensibiliser et conscientiser le peuple kabyle d’avantage.

Quelques événements importants ont pu accélérer le processus de la construction de cette conscience nationale kabyle , même si les acteurs de l’époque n’ont pas saisi l’opportunité pour toucher au fond du problème qu’est sans équivoque la nécessité de munir la Kabylie de son propre Etat qui est la seule garantie pour protéger ses intérêts et ceux de son peuple . Jusque là, malgré tous les sacrifices des militants kabyles , on n’a pas vu le peuple kabyle se faire tirer dessus par l’état algérien qui est sensé le protéger et lui garantir un droit humain fondamental à savoir être en sécurité et vivre librement sur sa terre.

En 2001 c’était l’agression de trop et la Kabylie devait prendre un autre tournant en pensant tout d’abord au comment protéger ses enfants et quelle sera la meilleure stratégie pour réaliser ce minimum vital? L’état algérien en vrai état colonial n’est pas à définir mais cette fois-ci c’est l’existence même d’un peuple qui est remise en cause , le reste de la peuplasse vivant ce territoire appelé  » Algérie  » n’a même pas bougé le petit doigt pour apporter son soutien à leurs « compatriotes « , là aussi un autre mensonge est démasqué à savoir la  » nation algérienne  » et cela a prouvé encore une fois que cette nation n’existe pas mais elle est juste maintenue au détriment d’une Kabylie toujours généreuse au point d’accepter sa dissolution dans un moule arabo-islamique ( conséquences de la guerre 54/62 avec le summum de la folie de certains kabyles complètement bernés dans l’algerianisme anti-kabyle sans se rendre compte ).

Une jeunesse a décidé autrement et a cassé ce tabou du mythe algerianiste pour se poser les bonnes questions sur leur existence/disparition et comment sortir des griffe du loup une bonne fois pour toute ? L’idée d’avoir un état kabyle est posée politiquement sans détour, même si au début on ne parlait que de l’autonomie, c’était un choc à l’époque mais le tabou est cassé et l’idée commence à gagner les esprits libres kabyles.

Bien évidemment, les serviteurs volontaires du colonialisme algérien existent et sont là pour barrer la route à ce projet d’émancipation de notre Kabylie et notre peuple mais comme disait le dicton kabyle  » win i teddun ɣef tidet yessawaḍ ».

Maintenant si on revient sur l’évolution de la situation politique en Kabylie, d’au moins avec l’avancée des idées nationalistes, on pourrait qualifier ceci d’une bouffée d’oxygène sur le plan idéologique et surtout cette prise de conscience extraordinaire constatée au faire à mesure que le temps passe.

Ce constat pourrait être confirmé d’une part par le malaise au sein de l’état algérien qui a compris que ce projet menace sérieusement son existence et la pérennité de ses intérêts sauvegardés jusque là par une caste de serviteurs volontaires au sein de la population. Dans un contexte de fin cycle qu’il connaît en ce moment avec l’épuisement des ressources avec lesquelles il a l’habitude d’acheter la paix sociale sur le territoire qu’il occupe, la peur a vraiment changé de camp en s’installant confortablement dans les bureaux de toutes les institutions d’appui de cet état voyou et criminel.

D’autre part , la stratégie de non violence adopté par les indépendantistes le dérange profondément , puisqu’il ne sait gérer que les situations de violence créées bien évidemment par lui-même ; le travail accompli par les militants souverainistes depuis des années pour sensibiliser et conscientiser le peuple kabyle , malgré la répression qui s’abat au quotidien sur eux , a vu ses fruits mûrir petit à petit et la démonstration de force d’Avril 2016 et les années suivantes en est la preuve que la KABYLIE a de gros potentiel humain pouvant plier l’état algérien avec tous ces machines destructrices ( école , corps de l’état répressif, serviteurs volontaires…).

L’espoir nous est permis cette fois-ci pour persévérer d’avantage dans ce travail du terrain et de profondeur auprès du peuple kabyle pour l’impliquer dans ce projet de construction de son rêve tant attendu qu’est la LIBERATION DE SON PAYS, LA KABYLIE.

Ajennad

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos