728 x 90

La bêtise gifle l’intelligence

La bêtise gifle l’intelligence

Iwadiyen que Meziane Ourad se détrempe ne se résume pas seulement à la bière on y déguste aussi du bon vin . C’est la terre non seulement de Sliman Azem mais aussi des Redjala, de Hemd u Merri, de Hamid At Qrin, de Bessaoud….

Iwadiyen c’est une terre de culture et de sport. Il ignore sans doute que durant les années de plomb la jeunesse d’Iwadiyen ont constitué la troupe de théâtre Meghres qui sillonna le territoire de la Kabylie et qu’à la fin de chaque représentation imposait un débat avec les spectateurs. Les débats tournaient essentiellement autour de la dictature et de la reconnaissance des droits linguistiques. Il ne doit pas savoir aussi que la première école du Yusekan Budo a vu le jour aux Ouadhias, que cette région a été et demeure toujours une pépinière de sportifs de haut niveau dans les arts martiaux et qu’elle fournit toujours des champions africains dans le judo.

Iwadiyen est une terre de tolérance. Elle a en son sein l’une des plus vielles communauté chrétienne. C’est la seule ville où en pouvait voir, il n y a pas si longtemps, des jeune chrétiens ou païens (eh oui ça existe) attendre leurs camarades sortir de la mosquée pour aller disputer un match dans un stade mis à la disposition des ouadhiassiens par le révérend Grifith.

C’est cette tolérance et l’amour de la liberté qui fait des Ouadhias la ville refuge de bon nombre d’artistes et d’auteurs. Kateb Yacine est passé par là. Et bien entendu Matoub Lounes.

Je ne dénie pas a Ourad Meziane son statut de Ouadhiassien. Nous ne sonme aucunement adeptes l’ostracisme !

Par contre ce que je lui dénie et de parler au nom des Ouadhias. Surtout pour caricaturer un mouvement qui aspire à la liberté du pays et l’émancipation de l’Homme Kabyles. Il serait fastidieux de citer ici les femmes et les hommes Iwadiyen qui ont donné ses lettres de noblesse au combat Kabyle. Je citerais tout que Ahcene Chirifi, l’un des poseurs de dignité durant les années 1970 et Mme Rachida Ider la femme courage. Tous deux sont des Ouadhias !

Ferhat n’est pas seul des milliers de kabyles (même si ils ne sont pas du même bord que lui) réfléchissent et travaillent pour une Kabylie souveraine. La Kabylie libre n’est, donc, pas une idée dans la tête « naturellement » limitée d’un quelconque individu chose que la connerie « pathologiquement »illimité ne saurait admettre.

Je termiine par une citation d’un philosophe juif anonyme, qu’Ourad affectionne, « Lorsque la bêtise gifle l’intelligence, alors l’intelligence a le droit de se conduire bêtement !« 

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos