728 x 90

Les allées couvertes D’Ait Rehouna par G. Camps

Les allées couvertes D’Ait Rehouna par G. Camps

En juillet 1954, M. Euzennat, devenu depuis Inspecteur des Antiquités du Maroc, me faisait connaître l’existence de monuments mégalithiques importants sur le littoral kabyle, à Aït Rehouna, entre Tigzirt et Port- GueydonUn sondage fait dans un de ces monuments par M. Euzennat et moi-même. livra des ossements de trois individus. Le mobilier funéraire comprenait une perle en pâte de verre et des débris de poterie faite au tour, d’origine phénicienne.

Les monuments d’Aït Rehouna, au nombre de huit, présentent malgré leur état ruineux les caractères de vraies allées couvertes. Tous ceux dont le plan a pu être relevé ne sont conservés que dans leur partie terminale sur une longueur de 2 à 5 m, tandis que leur largeur ne dépasse guère 1 m. En avant, les restes éboulés de la galerie permettent de reconnaître que leurs longueurs atteignaient 10 et 15 m, ce qui correspond aux proportions relatives atteintes par les allées couvertes. Les parois, particulièrement hautes, 1,75 m en moyenne, sont construites en blocs superposés et souvent en encorbellement. La couverture est assurée par d’énormes dalles dépassant 5 m de longueur. Dans le monument fouillé, le sol était recouvert de grandes dalles rapportées sur lesquelles furent construites les parois (Fig. 2, en haut). Aucune allée couverte d’Aït Rehouna ne possède de tumulus.

Les monuments d’Aït Rehouna ne sont pas uniques en Kabylie. En 1955, J. Tschudi, alors instituteur à El-Kseur, m’informait qu’il existait à Aït Garet et à Ibarisen des monuments mégalithiques exactement comparables.

Ces monuments, mieux conservés, n’ont jamais été fouillés et les sépultures terminales paraissent intactes. L’un d’eux, dont l’allée a une hauteur de 2 m, une longueur de 12,50 m, pour une largeur de 1,40 m, est en partie recouvert d’un tumulus. L’autre allée couverte est plus courte (7m environ), mais plus élevée (2,50 m); elle est dépourvue de tumulus et semble n’en avoir jamais possédé. Les parois sont en plaquettes et pierres superposées, mais le fond, dans les deux monuments, est constitué par une seule dalle placée de champ. Des dalles semblables assurent la couverture.

Ces importants monuments kabyles sont les plus authentiques représentants du mégalithisme européen en Afrique. Par leurs dimensions imposantes, encore plus que par leur forme, ils se distinguent des petits dolmens si communs en Algérie orientale et en Tunisie. Ce ne sont pas des formes africaines. Les sépultures qui ressemblent le plus à ces monuments sont les Tombes des Géants de Sardaigne; ce sont aussi les plus proches dans l’espace avec les « sesi » de Pantelleria. On peut considérer que les allées couvertes sont plus anciennes que les dolmens, bien que ceux-ci soient également des sépultures introduites en Afrique depuis les péninsules méditerranéennes.

Le troisième type de monuments funéraires inconnu de St. Gsell et de ses prédécesseurs est constitué par des tumulus de forme circulaire ou rectangulaire possédant un sanctuaire qui n’est pas en communication avec la sépulture.

G. Camps ; Bulletin de la société préhistorique française 1959

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos