728 x 90

Les arabes ont raison : Les kabyles sont racistes !

Les arabes ont raison : Les kabyles sont racistes !

En Algérie l’entité kabyle dispose d’une armée de plus de 600 000 hommes, avec un armement ultra moderne, un gouvernement d’obédience ultra berbériste, avec une idéologie dictatoriale, fasciste (le kabylo-anzarisme), qui interdit même de respirer à la pauvre minorité arabo-musulmane dont la religion, la langue et la culture sont étouffées, mises sous scellés et vouées à la disparition.

Le paroxysme du racisme a été poussé jusqu’à interdire les prénoms arabes aux nouveaux nés.

Il a fallu l’explosion du printemps arabe en 1980 pour que le pouvoir kabyle ségrégationniste daigne ajouter une ligne sur l’arabité à la constitution algérienne et se résoudre à inscrire sur les registres de l’état civil des prénoms arabes, et ce seulement en Arabie (région montagneuse et déshéritée habitée par la minorité arabe).

Depuis le printemps arabe, la situation des arabes vivant dans les nombreuses villes kabyles a empiré. Un arabe n’a surtout pas intérêt à aborder un kabyle en arabe par erreur, pour demander son chemin. Il se ferait remballer illico en se faisant traiter d’impoli. Si on ne lui dit pas : si t’es un homme, insulte-moi en kabyle, djebaïli lemqemel (littéralement en kabyle : montagnard pouilleux).

En Arabie, beaucoup d’arabes désirent se convertir à l’Islam ou se déclarer publiquement athées. Mais la constitution algérienne a consacré l’Anzarisme religion d’état. Un arabe n’a surtout pas intérêt à porter visible au cou une chaînette avec un croissant. Ils se fera lyncher par les kabyles sur la place publique.

Je suis moi même un arabe ayant (sur)vécu dans plusieurs villes kabyles. On m’appelait dans le quartier, l’arabe. Manière de me signifier que tant que je ne me kabyliserais pas et qu’on ne me verrait pas à l’anzarium (temple de la religion anzariste) je ne serais pas vraiment accepté.

Le jour où Boutam Sénoul, célèbre poète-chanteur et chantre de l’arabité fut assassiné, plusieurs collègues et voisins n’ont pas manqué de me montrer clairement leur satisfaction. En voyant le brassard noir que je portais en signe de deuil, des voisins m’ont dit ironiquement : tu devrais en porter deux. Le soir du 25 juin 1998, des youyous ont fusé de plusieurs étages de la cité populaire où j’habitais. Il n’y a pas à dire, les kabyles sont foncièrement racistes!

Au cours de cette dernière décennie, une idéologie anzariste extrémiste est apparue chez les kabyles. Des groupes violents ont essayé d’imposer aussi biens aux kabyles qu’aux arabes la théocratie anzariste . Des groupes armés kabylo-anzaristes sèment la terreur dans tout le pays avec la complicité, sinon la passivité du pouvoir (lui même d’idéologie de fond kabylo-anzariste). Des massacres et des assassinats individuels ont été commis par les intégristes kabylo-anzaristes au nom d’un mythique État anzariste resurgi du nostalgique Tafilac de Tamazgha.

L’Arabie est quadrillée par des brigades de gendarmerie, un corps relevant de l’armée, essaimées comme de petites troupes d’occupation hors la loi, multipliant les humiliations, la pression, la corruption, les intimidations en se pavanant armes au poing, n’hésitant pas à rabrouer tout citoyen arabe qui traîne la patte dans la rue.

Les exactions quotidiennes des représentants kabylo-anzariste sur les arabes en pleine Arabie ne se comptent plus, à tel point que, excédée, la communauté arabe a été acculée à avoir recours à des manifestations non stop pour attirer l’attention sur les enclaves où croupissent des sous citoyens arabes dans le dénuement le plus total.

Les arabes réclament la démocratie, la liberté d’expression, la justice sociale, la promotion de leur langue et de leur culture. Mais le gouvernement kabyle ne leur répond que pas la répression et le mépris.

Des dizaines de jeunes arabes ont été assassinés lors des manifestations, beaucoup avec des balles explosives dans le dos. Tous les imams-délégués, représentants légitimes du peuple arabe sont emprisonnés, accusés de haute trahison, d’attroupement illégal, d’appartenance à une organisation non autorisée, voire de séparatisme, d’appels au racisme et à la haine.

La raison d’État kabylo-anzariste ne recule devant rien, même pas le ridicule, pour mettre à genoux la contestation arabe.

Des leaders de partis politiques kabyles (à l’instar du démocrate Hanhan) ont été tacitement chargés de porter haut la parole du peuple kabyle. Cet énergumène à exhorté l’armée d’en finir avec ces impies arabes, ces hypocrites à la solde de l’ex-colonisateur, qui rejettent la noble religion d’Anzar et qui veulent détruire le pays.

Là encore, aucune voix de la société civile kabyle n’a protesté.

Le peuple kabyle non plus n’a rien entendu.

Que les arabes se débrouillent avec le pouvoir se disent-ils dans leur for intérieur.

Arilès

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos