728 x 90

MA YIF-IK GMA-K METTU …

MA YIF-IK GMA-K METTU …

Un artiste est un individu faisant (une) œuvre, cultivant ou maîtrisant un art, un savoir, une technique, et dont on remarque entre autres la créativité, la poésie, l’originalité de sa production, de ses actes, de ses gestes. (Wikipédia)

Celui dont il s’agit ici a été absent du pays pendant 38 ans.
Lorsqu’il revient, il profite d’abord d’une manne offerte gracieusement par l’ONDA, l’office algérien des Droits d’Auteur qu’il présente comme un idéal d’honnêteté et dont il ne tarit pas d’éloges pour son directeur.

Au lieu de défendre sa Kabylie natale mise en coupe réglée par un régime haineux et raciste, il s’enfonce dans un torrent d’insultes et d’invectives contre ses enfants sous prétexte que certains auraient égratigné son ego qu’il doit d’ailleurs pleinement à ceux-ci, dans un journal local qualifié par la majorité de la population d’un sobriquet peu glorieux. Les choses auraient pu en rester là, mais non, il récidive dans un média étranger.

Dans le journal marocain Telquel, pour réassouvir une éruption de haine devenue tenace, il fustige encore les souverainistes (ils sont une poignée dit-il) qu’il traite d’imbéciles et de fascistes et leur suggère de « manger des figues pour vivre en laissant le pétrole aux autres ».
– Encore et toujours l’appétence à s’aligner à l’auge et l’abreuvoir de la rente.
– Win qqsen warȥaȥen, yerr zԑaf γef tzizwa !

Prisonnier du mythe de lwiḩda lwataniya algérienne sous la férule de l’arabo-islamisme, il ne lui est pas venu à l’esprit que le souverainisme est une opinion politique tout comme le nationalisme, le baâthisme, le communisme, l’unionisme, le wahabisme … et qu’à ce titre, il doit être respecté d’autant qu’il se manifeste dans un esprit pacifique et démocratique total.

Et enfin, il découvre (après un tourisme artistique de 38 ans) que le pouvoir « alcoolise » la Kabylie.
Non seulement cette allégation est fausse mais elle est toute géniale de cynisme car, bien au contraire, le pouvoir s’efforce d’islamiser et d’arabiser toute la Kabylie depuis des lustres et subséquemment s’emploie à y cadenasser tous les lieux de rencontres culturelles et les lieux de loisirs, de vie sociale ou de décompression laïques.
Mais cela, l’artiste ne l’a pas vu, et pour cause !

Notre artiste pense peut-être que la Kabylie vivra ad vitam æternam dans le folklore de vava-inu-va même si ce bijou appartient à son patrimoine culturel et lyrique et que ses « paroles et musique » n’appartiennent à nul autre. Il est vrai que le pillage du patrimoine immatériel kabyle et amaziγ est un sport open où certains osent même s’approprier un copyright sur les noms de Jugurta ou Massinissa. Rien que ça !

Où est donc l’imbécilité aveugle dans cette affaire ?

Aksil Azru Lukad

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos