728 x 90

Manipulations et combats de coqs

Manipulations et combats de coqs

Pour l’instant qu’on se le dise, ni les manipulations de coiffeuses, ni les combats de coqs ne viendront à bout de la volonté d’un peuple qui veut être libre.

L’action ne devrait pas être le produit des circonstances, mais elle doit être le produit de nos propres décisions. Autrement ce n’est que réaction. Si nous agissons ainsi, sachons-le, l’adversaire, nous attire sur son propre terrain, nous fait faire et dire ce qu’il veut que nous fassions ou disions :  autrement dit il nous manipule.

Illustre inconnue, en Kabylie, jusqu’à là, Naima Ṣalḥi est devenue depuis quelques temps le centre de toutes les discussions.  Que l’on ne se trempe pas. La femme semble maîtriser l’art de la « guerre », mieux que nous du moins.  

Sa  » provocation » est une stratégie bien étudiée, planifiée et préparée: Elle commence il y a deux ou trois mois par s’attaquer aux souverainistes Kabyles qu’elle traite de terroristes tout en appelant à la liquidation physique du Président de l’Anavad. Ce qui déclenche un premier tollé et fait braquer sur elle tous les projecteurs.  Avant que la pression ne baisse, elle récidive par une autre « attaque » .  Entre le premier forfait et le deuxième n’oublions pas qu’il eut le fameux amendement « Chouitem » qui fera descendre dans la rue des milliers de lycéens et d’écoliers kabyle. Pour défendre Tamazight. 

Je ne m’amuserais pas à faire le profil de la dame. Il est tout à fait claire qu’au regard de son parcours, de ses deboirs passés au sein même de sa propre famille politique et autre. Pour peu qu’elle soit dotée d’un minimum d’intelligence, ce qui n’est pas exclu, elle sait pertinemment qu’elle ne pourrait prétendre à aucun destin politique autre celui d’être un larbin. 

L’objectif du buzz qu’elle provoque est donc à chercher ailleurs. Ainsi il serait aisé de comprendre les mobiles, en trouvant les commanditaires.

l’État Algérien, impuissant devant le nationalisme kabyle, travaille à ressusciter le « berberisme » à travers un certains discours distilé à petites doses mais de façon méthodique et surtout soutenu dans divers médias même les plus lourds. Le tout enveloppé dans des simulacres d’indignations et de mise au point parfois virulentes et voir même « extrémistes »

Bientôt, les chantres d’une Algérie unie réconciliée avec son histoire milinaire vont sacrifier Ṣalḥi sur l’autel du nationalisme authentique. Les Algériens, alors, de Tebessa à Oujda et d’Alget à Tinzaouatin chanteront  l’unité retrouvée sur les aires entraînant d’Allaoua. 

Aveuglés par des egos démesurés  et surtout sans visions stratégiques claires. Les politiques Kabyles,  semblent eux aussi répondre aux chants de sirènes du « syndicalisme culturel » héritée des années 80 dont l’un des acteurs vient de faire une véritable offre de service au gouvernement Algérien. Il poussa l’outrecuidance jusqu’à rendre dans une même phrase hommage à la fois à la victime et son bourreau.  Ceci est une autre histoire !

Pour l’instant qu’on se le dise, ni les manipulations de coiffeuses, ni les combats de coqs ne viendront à bout de la volonté d’un peuple qui veut être libre.

Amnay at Sedqa

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos