contributions

Naima Salhi et la schizophrénie de certains kabyles !

caricature de naima salhi
Wahiba H
Proposé par Wahiba H

Dans ce tollé de réactions que soulève les déclarations de Madame Naïma Salhi, il faut un avocat du diable, un rôle qui me va à merveille.

Personnellement, je suis plus choqué par les multiples réactions des Kabyles que par la dureté des propos de la dame en question. Je me demande comment se fait-il que les kabyles attendent toujours des câlins et des douceurs de la part d’un peuple qui n’a pas bougé le petit doigt quand ces enfants se faisaient tirer à balles réelles. Ce qui me choque est loin d’être la haine de Madame Salhi, c’est plus tôt la schizophrénie des Kabyles. Dites-moi : qu’attendiez-vous de leur part ?

L’arabe vous est imposé et votre langue vous est interdite.
Aujourd’hui, avec un calcul mesquin et une peur incommensurable, le pouvoir colonial d’Alger vous lance de la poudre aux yeux : l’officialisation de Tamazight et tout le pays (La Kabylie)s’enflamme et crie victoire !!

Non, mesdames et messieurs, sachez que la réalité du terrain est loin d’être celle des médias. Je m’explique.

La Kabylie aujourd’hui connait une transformation totale. La génération actuelle n’a pas connu la guerre de « libération nationale », par contre elle a connu les événements d’avril 1980, et le Printemps Noir de 2001. Voilà les événements qui ont marqué cette génération et voilà pourquoi l’idée de l’indépendance de la Kabylie gagne du terrain comme une traînée de poudre.

Le Kabyle veut bien Tamazight en Algérie, mais il veut, surtout, LE KABYLE en Kabylie. Personne ne peut nous imposer d’étudier, de converser, lire dans une langue qui n’est pas la nôtre. Ce choix nous revient et ce choix est fait depuis les années 1990. Nous n’avions pas attendu une bande de charlatans qui font comme métier que « lever la main ». LE KABYLE a connu depuis des avancées considérables dans tous les domaines que ce soient littéraires ou scientifiques.

Il y a quelques années, un ami Kabyle (algerieniste à l’époque) m’a dit que la naissance du MAK a amené beaucoup de racisme de la part de nos chers voisins algériens. Moi, je ne crois pas que c’est le cas. Cette haine a existé depuis les années Boumediene. Je ne dis pas qu’ils sont haineux de nature mais ils sont conditionnés à nous haïr.  Cependant, la renaissance de l’idée de l’indépendance et l’avènement de l’Internet n’ont fait que montrer ce côté tant caché. Ils crient ce qu’ils ont tant chuchoter.

Vous voilà prévenu chers Kabyles, on vous a imposé depuis des années une langue arabe importée et vous avez accepté au nom d’une unité nationale et d’un nationalisme fabriqué de toute pièces. Ce nationalisme « arrosé » par le sang de tous les Martyres qui ont combattu le colonialisme sauvage français pour leur dignité, Kabyles ou autres ne pouvaient plus supporter, car il est artificiel tout comme la notion « Algérienne ».

Le seul nationalisme que je connais aujourd’hui est Kabyle.
Suis-je chauviniste? Oui, Probablement. Mais une chose est sûre : je suis humaniste et mon humanisme est Kabyle. Avant de rejoindre l’universel, je me suis baigné dans la spiritualité Kabyle et j’ai goûté à la splendeur de mon identité.

Bref, madame Salhi, j’admire votre franchise car on dit chez nous « Menyif tidett qerihen wala lkdev isefrahen ».  Quant à l’expression de  » aux MAK, ils sont des terroristes », croyez-moi, vous n’étiez pas obligée de reconnaître que vous êtes terrorisée. La terreur pour vous ne n’émane pas des égorgements ou des lapidations mais bien des revendications des droits fondamentaux de l’Homme et de l’émancipation de la femme.

Je ne réagis pas aux déclarations de Naima salhi, mais bien aux réactions démesurées des kabyles.

Hafid SAADI