Chroniques

Naître en Kabylie. ..

admin
Written by admin

Naître en Kabylie ne signifie pas nécessairement naître Kabyle, tout comme il faut faire la nuance entre être kabyle et être un Kabyle. Exactement comme l’amalgame entre le fait d’appartenir ou de vouloir s’approprier. Le village est sans conteste le temple de notre culture. Ce n’est pas qu’un amas de maisons ou une agglomération des plus banales, c’est la centrale nucléaire de toutes nos énergies.
 Ces villages commencent à disparaître de nos paysages sous l’effet de l’urbanisation et de la modernisation, les gens ‘’bâtissent en retrait ‘’ pour s’isoler le plus possible des autres. Cet éloignement crée des fosses qui engloutissent peu à peu notre système de valeurs. Le vide est vite peuplé de déchets …Qui mange encore dans le même plat avec sa famille ? Qui se rassemble encore autour du Lkanun pour partager ‘’tiqqad n dunnit’’ …qui savoure encore la rosée du matin sur ces émeraudes qui perlent de nos figuiers, qui se penche encore pour humer l’odeur de la terre qui nous fait don de ses diamants qui croulent dans nos oliveraies…Qui porte encore en lui ce goût de Talaxt et de Taselɣa qui purifie notre glande pinéale…

J’ai le souffle coupé sur le seul de Tala, et je la pleure!  Avec l’eau qui coule dans les robinets des maisons, la soif s’installe dans nos foyers. La soif de cette fontaine qui irriguait notre sang ! J’entends encore le chant du coq qui témoigne de l’enchantement du jour en se levant sur nos villages, tel une caresse qui bénissait la quiétude qui y régnait. J’entends encore le cortège du berger qui reprenait son élan en quête de la nature. Je revois encore ces gens heureux qui renaissaient avec le soleil avec la joie de revivre une autre journée qui célébrait la nature, qui donnait un sens à la vie, à l’humanité : l’amour de vivre kabyle ! Heureux celui qui a vu et qui n’oublie pas ! Soyons kabyles et cessons d’êtres des kabyles !

Talalit di tmurt n iqbayliyen ur ak-yettak azref ad d-tuɣaleḍ d aqbayli, am wakken ilaq ad neg amgired gar ad tiliḍ d aqbayli neɣ d yiwen si gar iqbayliyen. Am wakken i d-nesslalay artay gar tikkin d lebɣi ad newret kra. Taddert d Afakan n yidles-nneɣ. Mačči d tagruma n tnezduɣin neɣ d taxlijt menwala, d Tanammast Taɣisant n tzemmar-nneɣ. Tuddar-a bdant ttɣabent seg yimeẓri-nneɣ ɣef ddemma n tnezduɣin timaynutin d tetrarin, anida lɣaci bennun s lbeɛdan iwakken ad ɛezlen iman-nsen seg wiyaḍ. Abɛad-a ixelq-d iɛfiren i yesseblaɛen angraw-nneɣ n wazalen. Dɣa ilem-nni yeččur d tursaḍ…Anwa i itetten seg yiwet n tarbut deg uxxam-is? anwa i yettɣiman sdat n lkanun iwakken ad iɛebbi “tiqqad n ddunit”…Anwa i yettḥulfun s nnda n tṣebḥit ɣef tyaqutin i Ttfeǧǧiǧen di tneqlin-nneɣ, anwa i ikennun akken ad isriḥ tifenda n wakal i d-yettaken Tiyaqutin yettegrurujen deg yiḥerqan-nneɣ…anwa i yettawin deg yiman-is lbenna n talaxt d tselɣa i iṣeffun tifexsi n Timmad (glande Pinéale)…Kuffreɣ ɣef yiri n tala, dɣa ruɣ-tt! S waman ittazalen di tsadalt n yixxamen, fad irezzu ɣer twaculin. Fad n tala-a i yessawyen idammen-nneɣ! Selleɣ mazal i ccna n uyaziḍ i d-isnigiyen s lferḥ n wass yulin ɣef tuddar-nneɣ, am uslufu i yettbaraken di liser i iɛeǧren. Selleɣ daɣen i umsegli n umeksa i yettwessiɛen deg unadi n ugama. Ttwaliɣ daɣen di medden iwesren i d-ittɛawaden talalit m’ara mmagren iṭij d Tumert n tudert i yesfuggulen agama, i yettaken lmeɛna i tudert, i talsa: Leḥmala n tudert taqbaylit! D asaɛdi win iwalan ur ntettu ara! Ad nili d iqbayliyen, mačči d wid ittekkan ɣer tmurt kan.

Hass