A la une contributions

N’ayons pas peur des mots : Nous sommes colonisés

Wahiba H
Proposé par Wahiba H

Nous assistons à notre anéantissement la tête baissée et les bras croisés. Nous avons mis presque 40 ans pour prononcer le mot « autonomie » de peur de paraître singuliers.   Durant plus de 40 ans nous avons mené des combats qui ne furent jamais les nôtres. Nous avons été les mercenaires pour des causes qui n’ont jamais été les nôtres.

Sommes-nous condamnés à vivre successivement et éternellement des printemps noirs de subir haine et racisme ? Tant que nous nous agrippons aux jupons pouilleux de l’Algérie nous subirons les pires des apartheids et le plus abject des colonialismes.

N’ayons pas peur des mots : Le peuple Kabyle est un peuple colonisé.  Si le 5 juillet 1962 signifie indépendance pour le commun des Algériens pour les Kabyles ce ne fut que le transfert d’autorité d’un colon à un autre. 

Les arabes ont tué Abane Ramadane, Krim Belcacem, Mouloud Mameri, Matoub Lounes, Maziane Mehenni …Ils ont violé nos sœurs et nos femmes (en 1963 et 1980), ils ont arabisé les noms de nos villages, de nos routes et de nos sentiers, ils sont allés même jusqu’à arabiser les noms de nos fontaines. Ils nous interdisent de donner nos prénoms à nos enfants, ils propagent la débauche et la drogue en Kabylie. Ils nous massacrent quand nous exprimons notre douleur, ils nous insultent et nous traitent comme des sous-humains….

Durant le Printemps Noir, les arabes ont étalé leur haine et leur racisme anti-kabyle. Leurs gendarmes tiraient à bout pourtant sur de pauvres gamins kabyles, avec des balles explosives qui ne laissent aucune chance à la vie. Ils sont allés même dans les hôpitaux torturer et achever les blessés. Staline et Hitler n’étaient pas allés aussi loin dans l’horreur.

Au lendemain de l’étouffement dans le sang du soulèvement Kabyle le régime algérien, mit au point un véritable programme d’anéantissement de la Kabylie Un bureau des affaires Kabyles (le BAK) fut crée à Alger en 1965, le but est de faire disparaître l’âme kabyle. Les français ont créé le bureau des affaires indigènes, les arabes créent le bureau des affaires Kabyles, les indigènes de l’Algérie indépendante. Depuis cette date, le régime arabe en Algérie n’arrêtait pas d’organiser le génocide de la Kabylie.

Ils ont poursuivi l’élimination physique, initiée depuis1949, de l’élite kabyle qui n’a pas accepté leurs plans macabres. Ils ont exilé et marginaliser nos poètes, nos hommes de lettre, ils ont asphyxié économiquement la Kabylie pour pousser les kabyles soit à immigrer vers d’autres régions, donc à s’arabiser d’eux même, soit vers l’extérieur pour diminuer le nombre de ces indigènes. Ils sont allés jusqu’à interdire le mot « Kabyle » dans les bouches quitte à être ridicules, le club de football JSK (jeunesse sportive de Kabylie), a été transformé en jeunesse sportive kawkabi, c’est ridicule mais c’est juste pour effacer le mot « Kabyle ». Durant la période qui s’étale de 1963 à 1988, il était strictement interdit de parler en kabyle dans l’armée, l’administration et les tribunaux, forçant par conséquent les Kabyles à apprendre l’arabe et à l’utiliser même quand ils s’y adressaient aux membres de leur famille.

Une colonisation de peuplement de la Kabylie est programmée, des villages « socialistes » ont été implantés au cœur de la Kabylie avec des populations totalement arabes. La distribution de logements dans les grandes villes Kabyles (Vgayet, Tubirett, Tizi-Wezzu) est gérée directement par le BAK. 90% des logements dans ces villes ont été attribués à des arabes venus de tous les coins et recoins d’Algérie : Djelfa, Msila, Sétif (coté arabe), souk Ahras, Guelma… Des familles entières sont éparpillées sur tout le territoire de la Kabylie, surtout dans les grandes villes et financées à coups de dinars et d’avantages divers afin de propager la langue arabe. Ils voulaient rendre le kabyle minoritaire même chez lui.

Le résultat de ce plans macabres est malheureusement visible. A Tizi par exemple les populations de villes entières ne parlent qu’arabe et ne s’habillent que comme arabes.

Des pans entiers de la Kabylie sont rattachés administrativement à des régions arabes ou des départements crées spécialement pour la dépecer.  Ainsi les Kabyles de Tubirett (Ahnif, Aghbalou, Saharidj, M’chedallah, Ath Mansour, El Asnam…) se retrouvent du jour au lendemain cernés de toutes part par les arabes qui exercent sur eux une discrimination des plus féroces. Le même sort est réservé aussi aux kabyles de l’actuel Boumerdes qui subissent un mépris inimaginable de la part des arabes qui détiennent l’autorité sur eux. Sans oublier ceux éparpillés dans les départements de Bordj Bouararedj et Setif, marginalisés sur leurs propres terres. Un autre charcutage de la Kabylie est en préparation, nos ennemis ne cesseront leurs visées génocidaires du peuple kabyle que lorsque leur but suprême sera atteint : notre anéantissement.

Pour une arabisation rapide des Kabyles, le BAK préconise la saturation du territoire kabyle de mosquées et de Zaouias, pour être un bon musulman, il faut parler l’Arabe cette dernière étant la langue du paradis. En même temps, des convois de pseudos-enseignants orientaux (égyptiens, syriens, palestiniens…) infestent les écoles de Kabylie. Ces « enseignants » sortaient directement des écoles coraniques des plus radicales et des plus rétrogrades, Ils avaient une véritable haine de tout ce qui n’est pas arabe .Ils n’hésitaient pas à faire subir de pires châtiments corporels aux  enfants kabyles.

Le pouvoir arabe d’Alger aime voir couler le sang kabyle. En 1963, des centaines de kabyles furent tués par l’armée Algérienne, leurs cadavres ont été étalés, pendant des jours, sur les places des villages, livrés aux chiens qui se régalaient de leurs cervelles et de leurs chaires devant leurs familles, leurs femmes ou leurs enfants. Comptant ainsi marquer à jamais l’esprit kabyle. C’est les mêmes desseins qu’avaient   les gendarmes qui tirait à bout portant durant le Printemps Noir, les arabes ont étalé leur haine et leur racisme anti-kabyle, ils tiraient avec des balles explosives sur de pauvres enfants kabyles.

Depuis quelques années, Le BAK a trouvé d’autres moyens pour saper l’âme Kabyle, la prostitution. Elle est organisée et contrôlée par le régime algérien et sa bande de mouchards éparpillés dans le pays Kabyle. Les prostituées sont toutes arabes, parce que sures, et toutes travaillent pour le compte du pouvoir. Celui-ci utilise la prostitution pour casser la famille et clochardiser la société Kabyle. On les appelle les intouchables, tellement sur protégées. Le pouvoir a organisé aussi des circuits d’acheminement, de transport et de distribution de drogue jusqu’au fin fond de nos villages. Ils inondent la Kabylie de Kif et d’autres produits stupéfiants afin de nous achever et de nous humilier.

Depuis 1962, nous évitons de voir les choses en face, nous préférons fuir la réalité. Nous avons du mal à admettre notre statut de colonisés. Préférant la posture tranquille d’opposants ou de victimes de « Hogra ».  Nos « élites » ont tout réduit au problème culturel, qu’ils n’hésitaient pas d’ailleurs à marchander au profit de leurs croyances idéologiques, à le sacrifier pour des intérêts occultes, ils l’ont transformé en un jeu entre les mains des clans du même Etat qui nous opprime. Tous les courants (marxistes, socialistes, laïcards..) l’ont utilisé uniquement pour leurs propres intérêts. Certes, les kabyles subissent un des plus grands apartheids culturels, mais il n’y a pas que ça. La réalité est que nous subissons un apartheid tout court qui englobe toutes les discriminations. Depuis 1962, les Algériens nous traitent comme leurs colonisés, comme des sous humains, des individus n’ayant aucun droit et sans aucune dignité.

Nous assistons à notre anéantissement la tête baissée et les bras croisés. Nous avons mis presque 40 ans pour prononcer le mot « autonomie » de peur de paraître singuliers.   Durant plus de 40 ans nous avons mené des combats qui ne furent jamais les nôtres. Nous avons été les mercenaires pour des causes qui n’ont jamais été les nôtres.

Le Projet pour l’Autonomie de la Kabylie et par la suite le Projet pour un Etat Kabyle avaient le mérite de mettre fin à l’errance de nos revendications, pour la première fois de notre histoire nous saurons pourquoi nous nous battrons. Les projets sont fondamentalement faits dans l’intérêt du peuple kabyle et uniquement pour lui, sans complexe et sans complaisance. Nul peuple n’a besoin de la tutelle d’un autre pour gérer ses affaires. Le peuple kabyle a le devoir de ne pas laisser l’avenir de ses enfants entre les mains de ceux qui n’ont que haine et mépris envers lui.

Le peuple Kabyle à le droit de vivre et de s’épanouir sur sa terre. En tant que peuple en tant que Nation les Kabyles ont droit à un Etat

ALKAPECA, D.MESSAOUDI, ISALLAN