Une

PAS ARABES, PAS DE DROIT…? 

Proposé par Rédaction

En Kabylie, le peuple désire également son indépendance. Ses représentants du gouvernement de Kabylie en exil, ont parcouru les couloirs de l’ONU pour présenter leurs revendications face à un régime algérien islamiste.

Les Kurdes représentent un peuple qui a un territoire déterminé. Ils ont une langue, une culture et une histoire courageuse.  Ce sont en fait les kurdes qui ont combattu  les partisans du califat musulman. On n’a pas oublié les images de ces soldats  arabes Irakiens fuyant devant le drapeau noir du Daesh  et abandonnant sur place tous leurs effets militaires. Il a fallu le concours de l’aviation des pays alliés, leurs instructeurs, leurs armes, leur appui stratégique au sol pour que les troupes irakiennes continuent à avancer après  des années de préparatifs. Par contre les combattants kurdes sont restés face à l’ennemi et l’ont vaincu. Ils viennent de tenir un référendum démocratique dont le résultat ne peut être contesté. Ils veulent leur indépendance et l’ont amplement mérité. Ils ont défilé dans les rues du Kurdistan libéré avec des drapeaux kurdes et des drapeaux israéliens car depuis longtemps les liens entre kurdes et juifs ont traversé les épreuves de l’histoire. La présence de drapeaux israéliens lors de ce défilé spontané de l’indépendance a survolté le sultan antisémite d’Ankara.
Le  Foreign Office est  responsable, avec le Quai d’Orsay,  des tracés de frontières stupides injustes et invivables  profitables aux seules puissances colonisatrices ou mandataires. C’est ce découpage  ne tenant pas compte des réalités historiques et nationales du Moyen-Orient et de l’Afrique qui est responsable de la situation actuelle. L’empire britannique a retiré avec la Transjordanie, les trois quarts de la Terre promise au futur Etat juif et a également occulté totalement l’existence des kurdes.  Ils n’auraient, selon ce monde qui se dit civilisé, pas le droit à leur état. Pas arabes,  pas de Droit !

En Kabylie, le peuple désire également son indépendance. Ses représentants du gouvernement de Kabylie en exil, ont parcouru les couloirs de l’ONU pour présenter leurs revendications face à un régime algérien islamiste.

La Catalogne qui se soulève contre le régime de Madrid, désire son indépendance. Il s’agit également d’un peuple avéré, d’une zone géographique déterminée, d’une langue,  d’une culture existante. Curieusement on ne parle plus de droit  sacré à l’autodétermination, plus question du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. « Vérité en deçà des Pyrénées… » écrivait déjà Pascal.

Idem pour les Basques, les Ecossais ou nos amis Corses… 

Et La France qui considère que sa présence en Algérie comme un « un crime contre l’humanité », fait la sourde oreille aux exigences kabyles qu’elle a soumises aux diktats arabes d’Alger. Nous avons également, depuis la résistance des kabyles contre l’invasion arabe musulmane sous la direction de la Kahena,  des liens puissants avec les kabyles.  Ils ont également à l’occasion, levé le drapeau d’Israël comme exemple de la lutte pour la liberté et la souveraineté.

Et la France, la Patrie des Droits de l’Homme, protectrice des communautés chrétiennes au Levant ?

Ce qui reste à ces élites dévoyées et aveugles de l’Occident consiste à soutenir une entité qui n’existe pas, qui n’a jamais existé et qui n’existera pas dans l’avenir : la « palestine »

 Un récent livre, fort épais et approfondi,  intitulé « histoire de la Palestine » a été édité dans toutes les langues du monde et facilement traduit. Il s’agit de pages blanches. Aucune Histoire, aucun roi, aucun prophète, aucune bataille épique, aucune culture particulière ne les distinguent  de ces pays où  vivait cette populace avant d’arriver en Israël attirée par son essor économique. Même les arabes résidant en Terre d’Israël n’ont pas construit le moindre village supplémentaire durant les deux millénaires de l’exil imposé au peuple juif.

Les « palestiniens » désignent aujourd’hui des parasites vivant de l’aumône mondiale et du racket terroriste. Leur seul apport est l’invention du détournement d’avion, du poignard contre des  innocents dans la rue, de voiture bélier écrasant des enfants.

C’est à ces  parasites  de l’histoire que le gouvernement français apporte sa voix pour leur octroyer généreusement Hébron et Jérusalem. Au moment même où les revenus des retraités sont tronqués en France, le Ministre des finances de la République française vient rassurer les terroristes de Ramallah : la France continuera d’apporter son obole importante au versement des pensions des terroristes. C’est également à ces assassins patentés que la France a ouvert la porte d’Interpol.

La leçon de l’Histoire c’est qu’il ne faut pas compter sur le soutien des élites dévoyées, des démocraties humanistes. La seule garantie de la survie d’une nation réside dans sa propre capacité à assurer sa défense.

Alors vive le Kurdistan libre. Vive la Kabylie livre. Vive les peuples d’Europe qui veulent retrouver leur propre identité.

Quant à nous, il est temps d’affirmer qu’il n’y aura pas de partage sur la Terre d’Israël et que le seul drapeau qui flottera de la mer au Jourdain sera le Drapeau bleu blanc. Et pour qu’il n’y ait aucun doute sur l’éternité de notre capitale Jérusalem il n’est que temps de planter le drapeau israélien au sommet le plus élevé, le Mont du Temple. 

 Jacques Kupfer

About the author

Rédaction