728 x 90

Quand …

Quand …

Tirons les bonnes leçons de toutes les Luttes menées jusque là , toutes perdues, en les plaçant dans la logique de l’amélioration continue pour que le processus de Libération de la KABYLIE soit sans failles et entraves jusqu’à la victoire finale.

« Quand » tout cela n’est qu’une sonnette d’alarme, sans vouloir blesser qui que ce soit, pour se regarder dans une glace et remédier avant qu’il soit trop tard.
N’est ce pas cet engagement pour libérer ce Pays, LA KABYLIE, chéri par nous tous est l’objectif suprême de tout à chacun ?

Quand on refait les mêmes erreurs à chaque fois qu’on organise un évènement.
Quand on refuse de prendre nos responsabilités concernant la nécessité d’une discipline pour recadrer quiconque sort du cadre éthique que demande une organisation politique ayant un projet de l’instauration d’un Etat.
Quand on n’écoute que les médiocres tout en tournant le dos aux potentiel humain existant pouvant tirer l’organisation vers le haut.
Quand on règle les problèmes politiques dans un cadre personnel au lieu de les mettre dans un contexte politique approprié pour les résoudre définitivement en toute responsabilité.
Quand on sous traite la fuite en avant à des pauvres ignorants comme seul outil politique d’agissement et de défense d’une Cause.
Quand on se contente de petites victoires sans aucun plan de suivi pour capitaliser toutes les actions et les projeter dans d’autres actions d’avenir pour assurer une permanence dans la Lutte.
Quand la composante s’occupe principalement de petites histoires d’ordre personnel au lieu d’écrire l’Histoire de notre Lutte.
Quand on axe tout le travail sur la symbolique et effets d’annonce en tournant le dos aux réflexions pertinentes alertant sur les risques de cette façon de mener le combat.
Quand on se contente de fixer un objectif final sans plans d’actions réparti en stades d’évolution de la Lutte.
Quand on ne mesure pas l’impact d’une prise à la légère de la nature de l’ennemi, coloniale, en proposant des plans d’actions à la limite associatifs et culturalistes.
Quand on néglige le cœur battant de tout Mouvement, la jeunesse, en l’infantilisant et méprisant au point de l’associer qu’aux marches et autres évènements symboliques , mais jamais à la réflexion ni à l’élaboration de stratégies de Lutte.
Quand on gère mal nos petites victoires avec euphorie surdimensionnée en tombant dans les travers d’un populisme nauséabond où nous nous piégeons nous même.
Quand les gifles que nous recevons de la part de l’ennemi ne sont jamais prises au sérieux pour réajuster nos plans d’actions ainsi redynamiser nos militants après un investissement gigantesque.
Quand l’absurde et la bêtise s’installent confortablement dans la sphère décisionnelle en refusant tout apport raisonnable et pragmatique à la Lutte.
Quand toute proposition, révolutionnaire, est considérée juste comme littérature dont on ne récite que le concept mais jamais prise au sérieux pour être étudiée pour une éventuelle application sur le terrain de lutte.
Quand la dignité et l’honneur d’un peuple sont remplacés par les petites histoires de coucherie et de haine personnelle.
Quand le gage d’engagement pour une telle Cause n’est qu’une gâterie autour d’un club d’amis(es) qui s’envoient des bisous au long de la journée.
Quand l’engagement est vu comme lieu de loisir et de défoulement où les cas déséquilibrés, les assoiffés et toute sorte de cas sociaux jubilent et passent leur temps perdu.
Quand un tribunal moraliste et moralisant est le centre de toute discussion entre « militants » traitant même de la tenue, look et fréquentation des uns et des autres.
Quand le conformisme mouton est une culture politique instaurée à tous les niveaux pour bloquer toute initiative visant à aller de l’avant.

Quand…. serions-nous mature ?

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos