Réagissons ! Avant qu’il ne soit trop tard !

Réagissons ! Avant qu’il ne soit trop tard !

Des membres et des sympathisants d’un mouvement Kabyliste viennent d’êtres bastonnés à l’entrée de l’université de Tizi-Ouzou et d’autres arrêtés bien avant la tenue du rassemblement auquel ils ont appelé. Ils voulaient dénoncer l’atteinte aux libertés élémentaires en Kabylie. Ce qui est navrant au-delà  de la sauvage répression, est le silence des uns et des autres.  

Feignons-nous d’oublier que les gens passés à tabac sont des Kabyles avant tout. Aurait-on oublié que le drapeau souillé par la flicaille est le drapeau de la Kabylie  et qu’il n’appartient ni à une organisation ni encore à un seul homme !

L’indépendance de la Kabylie se construit avec, par et pour les Kabyles ! Qu’on cesse de se comporter comme les propriétaires exclusifs de la Kabylie et du nationalisme kabyle.  Que cesse la militance virtuelle, des salonards et autres anonymes donneurs de leçons qui se prétendent paladins défenseurs du Kabylisme.

Ces derniers sont le mal dont souffre le combat Kabyle. Pour eux  la Kabylie et sa diaspora ne sont autres qu’une grande caserne ! Tous ceux qui ne partagent pas leurs visions myopes deviennent des agents des services algériens.   Ils ont une vision étriquée de la Kabylie et du combat Kabyle, ils n’envisagent la lutte pour la Kabylie que derrière leurs écrans ou dans des salons cousues de Paris ou de Tizi où ils se  réunissent autour d’un « café » fantasmant sur la Kabylie « indépendante ». Incapables de produire des solutions  aux situations ambiantes, qu’ils ont eux même causé, certains d’entre eux s’ingénient à fabriquer des boucs et émissaires pour justifier leur propre échecs. Le débat à été remplacé par l’invective et l’analyse par les conjectures. La réflexion est devenue un péché…..  Creusant les clivages entre les militants et bâtissant des murs de haine infranchissables. Tout en prenant soin de ne pas se mêler aux « gens » qui se mouillent la chemise.

Il est temps de se poser les véritables questions et surtout apporter les bonnes réponses.

Le mouvement nationaliste Kabyle  fait sa mue.  C’est une phase délicate et douloureuse.  Elle  exige une remise en cause de tout un chacun et des modes opératoires adoptés jusqu’à présent. Refuser de se confirmer à cette exigence équivaut à condamner le nationalisme Kabyle à des crises à répétition qui à coup sûr démobiliseront les militants, engendreront la perte de confiance et l’indifférence non seulement  des sympathisant mais de tous les citoyens Kabyles.  Je crains que nous soyons déjà à la troisième phase.

Réagissons ! Avant qu’il ne soit trop tard !

Amnay at Sedqa

About The Author

Related posts