728 x 90

Si Saɛid chez Si Ṣalaḥ (Asmi lliɣ d askuti)

Si Saɛid chez Si Ṣalaḥ  (Asmi lliɣ d askuti)

Nous sommes dans les bureaux du général-major Si Ṣalaḥ . Une forte femme voilée s’introduit dans la salle d’attente et fait signe à Si Saɛid, un homme moustachu et bien sûr de lui, qui attendait son tour depuis 1988, de la suivre. Si Saɛid se lève de sa chaise et suit la femme sans formes, qui l’introduit comme une offrande sacrificielle dans l’antre de l’ogre Si Ṣalaḥ.

Si Saɛid : essalamu ɛalaykum wa raḥmatu llahi wa barakatuhu…

Si Ṣalaḥ : tu es devenu islamiste ?

Si Saɛid : non, au contraire, ce sont les islamistes qui sont devenus démocrates, mon général.

Si Ṣalaḥ : depuis qu’ils te fréquentent alors ?

Si Saɛid : depuis que j’ai appris la langue du prophète salla ellahu ɛalayhi wa sallam, mon général !

Si Ṣalaḥ : que me vaut l’honneur de ta visite ?

Si Saɛid : je suis venu vous soumettre une proposition, mon général.

Si Ṣalaḥ : désolé, le pétrole a chuté, je ne peux rien acheter pour le moment.

Si Saɛid : pour vous, ça sera gratuit, mon général.

Si Ṣalaḥ : dis toujours.

Si Saɛid : je viens pour vous proposer ma candidature pour les présidentielles de 2019, mon général.

Si Ṣalaḥ : t’as pas besoin de moi pour ça.

Si Saɛid : si, attendez que je vous explique, mon général.

Si Ṣalaḥ : explique.

Si Saɛid : il faut me soutenir si vous voulez sauver l’Algérie, mon général.

Si Ṣalaḥ : sauver quoi ?

Si Saɛid : l’Algérie, mon général.

Si Ṣalaḥ : de quoi ?

Si Saɛid : si vous me soutenez, toute la Kabylie votera pour moi, c’est à dire pour votre candidat, mon général.

Si Ṣalaḥ : il y a des élections en Kabylie ?

Si Saɛid : non, en Algérie, mon général.

Si Ṣalaḥ : pourquoi tu me parles de Kabylie alors ?

Si Saɛid : je vous explique, mon général !

Si Ṣalaḥ : explique.

Si Saɛid : si vous me soutenez, je maintiendrai la Kabylie dans l’union, mon général.

Si Ṣalaḥ : mais la Kabylie est déjà dans l’union que je le sache, non ?

Si Saɛid : bien sûr, mon général !

Si Ṣalaḥ : la Kabylie et l’Algérie, c’est kifkif, non ?

Si Saɛid : oui, c’est kifkif, mais elle risque de faire sécession à tout moment, mon général.

Si Ṣalaḥ : c’est une menace ?

Si Saɛid : non, juste une promesse… électorale, mon général (hahaha!!!).

Si Ṣalaḥ : barka tmesxir !!!

Si Saɛid : pardon, mon général !

Si Ṣalaḥ : et si je refuse ?

Si Saɛid : eh ben Ferhat MEHENNI gagnera, mon général ?

Si Ṣalaḥ : ton ancien copain ?

Si Saɛid : oui, mon général.

Si Ṣalaḥ : il est candidat, Ferhat Mehenni ?

Si Saɛid : non, je veux dire, si je ne deviens pas président de l’Algérie, Ferhat Mehenni gagnera.

Si Ṣalaḥ : mais Ferhat Mehenni n’est pas candidat aux présidentielles je te dis !

Si Saɛid : oui, mais…

Si Ṣalaḥ : toi, tu es Algérien ou Kabyle ?

Si Saɛid : Algérien bien sûr ! Mbesah baba Qbayli, et je supporte l’USMA, mon général.

Si Ṣalaḥ : Bien ! Puisque tu es Algérien, pourquoi tu me parles de Ferhat Mehenni alors ?

Si Saɛid : parce que je le connais très bien, mon général ?

Si Ṣalaḥ : quand tu étais Kabyle ?

Si Saɛid : oui, non… quand il était plutôt Algérien.

Si Ṣalaḥ : Waqila hbelt, ya bouniya ! (et il sourit) Allez, merci de ta visite, Si Said. Là je vais recevoir le fils de Boudiaf. Lui aussi veut devenir président, pour châtier sans doute les assassins de son père. A chacun sa vengeance. Mais bon, on essayera quand même de le consoler.

Si Saɛid : comment ?

Si Ṣalaḥ: je ne sais pas, on lui proposera peut-être un musée ou quelque chose de ce genre.

Si Saɛid : Ah bon !

Si Ṣalaḥ : ne t’inquiète pas, Si Saɛid, thella fi ruḥek, tant que Si Abdelɛaziz est là, personne ne passera. C’est dans la Constipation algérienne.

Sur ce, Si Saɛid quitte le bureau de Si Ṣalaḥ et Si Naṣer prend sa place.

Aggun.

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos