728 x 90

Une proposition pour les fêtes cet été

Une proposition pour les fêtes cet été

En cette période estivale et de retour des émigrés, les fêtes (mariage, circoncision, etc…) se succèdent à une fréquence infernale ! Il est courant d’avoir plus d’une quinzaine de fêtes par mois dans un seul village ! Économiquement, c’est devenu insupportable depuis bien longtemps. Qui plus est, TISMIN (cette sacrée jalousie chronique) aidant, chacun essaie de monter les enchères au prix d’un endettement devenu stupide.

La société Kabyle semble désorientée et n’arrive pas à sortir de ce cercle vicieux. Comme une des conséquences, de nombreuses familles n’ont pas les moyens de marier leurs enfants. C’est devenu alarmant au point où de nombreuses femmes ayant presque atteints la ménopause sans pouvoir se marier. Comment est-on arrivé à cette situation ? Quelle est la part de l’individualisme ? Ou de cette « mentalité » que l’on appelle Tismin ?

La société kabyle d’antan (plus équilibrée sans doute) était plus solidaire, et plus imaginative. Il n’y a pas si longtemps, jusqu’aux années 70, il y avait encore des fêtes collectives en Kabylie. Chez les Iflisen Umelli, par exemple, on organisait encore des fêtes rituelles ….. Il y avait aussi des fêtes de mariage qui se faisaient grâce l’entraide de tous le Aarch et que l’on appelle TAWSA. Aujourd’hui, même la signification de ce mot est perdue ! Le nom de TAWSA vient du verbe amazigh AWES et qui signifie aider (encore en usage chez les Imazighen du Maroc). Les gens étaient solidaires autant pour les travaux collectifs (Tiwizi, zawrara) que pour les fêtes rituelles (zerda) ou profanes (tawsiwin).

Pour sortir du cercle vicieux actuel des mariages ruineux, et de la prolifération de petites fêtes, la nouvelle génération devrait faire preuve de plus d’imagination. Elle devrait d’une part renouer avec ces traditions nobles (tawsa, tiwizi, etc…) et s’inspirer aussi des Imazighen du Maroc qui semblent avoir trouvé un compromis en organisant des mariages collectifs.

Il serait intéressant de lancer un projet pilote dans ce sens. Chaque Aarch pourrait regrouper tous les mariages de leurs villages, et d’organiser une fête grandiose (7jours et 7 nuits) durant la période estivale. Il serait alors possible de relancer même les danses typiquement amazighs mixtes (Ahidous, ahiha etc…), avec Id’ebalen. Il suffit, à mon avis, qu’un aarch prenne l’initiative pour que cela fasse tache d’huile. On orientera alors Tismin dans le bon sens, et d’inciter les autres aarchs à suivre. Économiquement et humainement, cela sera bénéfique pour toute la Kabylie.

Culturellement, on remettra la Kabylie sur son véritable socle en revalorisant la musique et la danse authentique telles que l’ahiha.

rédaction
ADMINISTRATOR
PROFILE

Voir aussi

Latest Posts

Top Authors

Most Commented

Featured Videos